• La santé selon le yoga

      

    L’approche traditionnelle du yoga sur le sujet de la santé est radicalement différente des concepts de la médecine. En yoga, la santé et la maladie se définissent comme des états subjectifs qui vont évoluer au cours de la vie.

    La santé, selon Swami Niranjan "c’est apprendre à gérer le stress, la maladie, la vieillesse et la mort".

    Dans cette définition, il n’y a plus d’opposition entre santé et maladie.
    En effet, comment peut-on concevoir que nous allons traverser la vie sans connaître la maladie et la vieillesse ? La maladie n'est peut-être pas un échec ou une punition... et on peut en faire un moyen de mieux se connaître. Il ne s'agit nullement de faire l'apologie de la maladie ! Mais lorsque l'on est capable de prendre la maladie comme une source d'apprentissage sur soi, elle s'inscrit dans le processus de notre évolution et perd son caractère négatif.
     

      

    Les origines de la maladie

     

    Dans les médecines traditionnelles, telles l’ayurveda en Inde ou l’acupuncture en Chine, les maladies sont presque toujours d’origine psychologique.

    Nous pouvons l’admettre pour certaines pathologies, comme la dépression ou la boulimie par exemple, mais si nous nous tordons la cheville en descendant d’un trottoir, nous pensons simplement que nos avons fait un faux pas. Pour les médecines traditionnelles, cet exemple sera considéré comme d'origine psychologique car l'événement est appréhendé d'une façon globale, en tenant compte du contexte extérieur mais aussi de ce qui se passe à l'intérieur. De ce fait, il y a une responsabilisation de l’individu par rapport à la maladie. Tomber malade peut être un cri intérieur pour s’interroger quant à notre rythme de vie ou encore une sorte d’appel au secours pour que quelqu’un s’intéresse à nous. S'arrêter à la maladie et ses symptômes, c'est occulter tout un versant extrêmement important de la situation... NOTRE ETRE !

    Les tempéraments ida et pingala

     

    Selon le yoga, on retrouve dans toute maladie un déséquilibre entre deux grandes énergies que l’on appelle ida et pingala, l’énergie lunaire et l’énergie solaire, associées au système nerveux sympathique et parasympathique. Ces deux énergies sont complémentaires et elles doivent fonctionner de façon équilibrée si l’on veut que le corps et le mental restent en bonne santé.

    Généralement selon notre tempérament, l’une prend le dessus sur l’autre. Si pingala domine, nous sommes hyperactifs. Une maladie typique à dominante pingala est l’hypertension artérielle ; dans ce cas, il est bon de privilégier des pratiques physiques statiques et la méditation. A l'inverse, si ida domine, nous serons sujets à la constipation ou à la dépression et une pratique active sera recommandée. Le yoga peut nous permettre de réguler et d'équilibrer nos énergies et dans tous les cas, il favorise un regard sur soi et une compréhension des problèmes en profondeur. 

      

    Yoga et thérapie

     

    En quoi le yoga est-il une thérapie ? Le yoga regroupe un très grand nombre de techniques différentes et elles peuvent avoir une action bénéfique soit sur le corps soit sur l'énergie soit sur le mental et la sphère émotionnelle.
    Le yoga propose aussi une philosophie active de la vie avec l’aide du karma yoga ou yoga de l’action, le bhakti yoga ou yoga de la dévotion et du gyana yoga ou yoga de la connaissance.

    Bien sûr, tous ces outils vont avoir une action spécifique sur telle ou telle structure de notre être mais ils ont tous en commun une chose fondamentale. C’est de nous apporter de la force et de la sensibilité. Ces deux attributs sont complémentaires et indispensables pour que nous puissions progresser dans notre vie et faire face d’une bonne façon aux épreuves, que ce soit la maladie ou tout autre évènement difficile.

    Force et sensibilité sont données par le yoga


    La force intérieure est directement en relation avec deux qualités qui sont largement développées par la pratique régulière du yoga. Il s’agit du Drashta, le témoin et de vairagya, le non attachement. Si l'on s'identifie à ses problèmes, que ce soit pour la maladie ou autre chose, nous en serons toujours les victimes. Au contraire, si nous arrivons à maintenir une conscience détachée, capable de regarder tout en restant dans le problème, celui-ci apparaîtra sous un jour nouveau. Nous pourrons alors établir des connexions entre nos états intérieurs et les événements extérieurs et ainsi commencer à accepter ce qui arrive,  à nous responsabiliser par rapport à la difficulté.
    La sensibilité est un élément tout aussi déterminant, il s'agit d'apprendre à écouter son corps, de prendre conscience de ses émotions, d'accepter son être tel qu'il est sans pour autant se résigner aux imperfections. Cette sensibilté n'est pas une qualité de l’intellect, et elle est difficile à qualifier avec des mots, certains parleront d’intelligence du cœur, d’autre d’intuition ou encore de connaissance directe.

    La douleur et la souffrance

     

    La tendance de notre société est de chercher par tous les moyens à supprimer la douleur. A un niveau physique, cela parait assez légitime mais quand il s’agit du domaine psychologique, on peut s’interroger quant au bien fondé de certaines méthodes sur le long terme. La France est le premier consommateur au monde de tranquillisants et anxiolytiques par habitant…
    Nous ne pouvons échapper à certaines agressions du monde extérieur, que ce soit au niveau physique ou psychologique. Si quelqu'un s'enfermait dans une bulle aseptique sous prétexte qu’il y a des microbes à l’extérieur, son corps s’affaiblirait et deviendrait peu à peu incapable de faire face à un banal microbe ! Au niveau psychologique c’est la même chose, nous ne pouvons échapper à nos problèmes, nos angoisses, nos névroses. Les accepter n’est certes pas évident et comprendre leurs causes encore moins, mais prendre des médicaments pour essayer de ‘normaliser‘ la situation nous conduit dans l’impasse. Pire encore, avec le temps, les problèmes de fond prennent plus d’ampleur de façon souterraine et émergent sous forme de maladies physiques graves.

    Conclusion

    Dans le yoga, la santé, la maladie, la vieillesse et la mort sont intégrées dans notre parcours comme des éléments naturels. Ils peuvent être des facteurs de connaissance de soi pour peu que l’on arrête de les qualifier en termes de positif et de négatif.
    Le yoga fait croître en nous certaines qualités qui vont nous permettre de regarder à l’intérieur plutôt que de chercher des justifications extérieures aux épreuves que nous rencontrons. Cette méthode est certainement la thérapie la plus formidable et la plus naturelle que l'on puisse imaginer... Mais elle est exigeante, elle nous demande de prendre la responsabilité de tout ce qui nous arrive, ce qui n’est certes pas chose facile.

      

     

    Pour consulter notre site, cliquez ici :

    www.yogasatyananda-france.net

     

    Ou bien la page d'accueil du site en français :

    http://www.yogasatyananda-france.net/yogasatyananda-mainfr.php

     

    Liens utiles : 

    Les activités au Centre de Yoga de l'Aube

    Les livres et autres supports de pratique

    Nos principaux stages - formation en Yoga Satyananda :

    Pranayama

    Yoga Nidra

    Relaxation

    Méditation

    Nettoyages (shatkarmas)

    Stage d'été

    Nos pages d'informations sur les différents types de yoga :

    Hatha Yoga

    Raja Yoga

    Kundalini Yoga

    Karma Yoga

    Bhakti Yoga

    Jnana Yoga

      


    Tags Tags : , , , ,