• Mieux gérer sa classe

          

              La Communication non violente à l'école

      
    Voici mes premiers pas en Communication Non Violente à l'école. Une autre façon de se placer par rapport aux enfants, de s'exprimer, de demander.

    Je prends un exemple : en tant qu'enseignant, tout le monde connaît ces fins de journées où l'excitation est à son comble, où l'on s'épuise à faire passer son message pédagogique envers et contre tout. Les esprits sont tout sauf disponibles et les oreilles ouvertes à d'autres "musiques" que celles de la maîtresse.
    Alors un:"TAISEZ-VOUS!" tonitruant surgit, né de  l'impatience, de la fatigue et du dépit, il faut bien le dire. Cinq bonnes minutes de calme en récompense et ... tout recommence.

    Après avoir suivi un stage de CNV, je me suis essayée à une autre forme d'expression: "Est-ce que vous vous entendez?" Là, surprise des enfants et j'entends un peu partout: "Euh! oui."
    Je poursuis: "Eh bien! C'est vraiment bruyant. Nous avons l'air tous fatigué, je le suis également et je crois que pour terminer  la journée dans de bonnes conditions, chacun pourrait faire attention à rester tranquille et à ne pas trop parler. Etes-vous d'accord?"
    Et la réponse est unanime."Oui". Le calme s'établit sans contrainte ni menace et il dure.

    Cette façon de communiquer me met sur le même plan que les enfants. Le dialogue s'établit entre des personnes, non entre un adulte et des enfants contraints de façon autoritaire. Ils le savent immédiatement et ils acceptent la proposition parce qu'elle est juste et nécessaire à tous, parce que finalement ils sont toujours heureux de contribuer au bien-être de tous.

    Autre épisode remarquable: les déplacements dans l'école, pendant les heures de classe (pour aller en bibliothèque, en salle informatique, etc) sont toujours des moments délicats. Se rendre en silence au lieu dit, sans déranger les autres classes, relève de la gageure pour 27 enfants de 8 ans, même de bonne volonté.

    Après avoir essayé maints stratagèmes, tous aussi inefficaces les uns que les autres, qui me laissaient le coeur au bord de l'explosion et les nerfs tendus comme des cordes, j'ai eu recours à la Communication Non Violente (envers les enfants et pour moi-même, on l'aura compris...).

    "Nous devons descendre en bibliothèque. Vous savez que pour cela il est nécessaire de nous déplacer en silence pour ne pas déranger les classes qui travaillent. J'ai donc besoin de la coopération de chacun. Etes-vous d'accord?"
    Là encore la réponse est unanime: "Oui". Et en effet, la plupart du temps, je n'ai rien à redire pendant ces trajets.

    Chaque enfant sait parfaitement ce qu'est la coopération et il est heureux d'offrir sa contribution à la bonne marche des choses. Ce n'est pas sa bonne volonté qui est sollicitée, ce n'est pas la menace qui l'oblige, ce n'est pas une contrainte qui le fait taire. Simplement un élan sincère et spontané de coopérer.

    Quant à moi, j'ai exprimé un besoin et c'est important pour moi-même car cela me relie directement aux enfants, à notre part commune d'humanité. Ainsi, l'autorité et la contrainte peuvent laisser la place à la confiance et à la détente.

      

    Le site du Centre de Yoga de l'Aube  : www.yogasatyananda-france.net

    Page d'accueil du site français

    Nos stages et activités de yoga  


    Tags Tags : , , , ,