• Naissance du Yoga Nidra

    Naissance du Yoga Nidra

                                              

                                    LA NAISSANCE DU YOGA NIDRA

                                       Texte de Swami Satyananda Saraswati

     

      « Lorsque je vivais dans l’ashram de mon Guru, Swami Sivananda, à Rishikesh, j’ai eu une expérience très importante qui m’a poussé à développer la science du Yoga Nidra. On m’avait confié la tâche particulière de surveiller les élèves d’une école de Sanskrit où de jeunes garçons apprenaient à chanter les Vedas. Je devais rester éveillé toute la nuit, afin de garder l’école quand le responsable s’absentait. A trois heures du matin, je tombais immanquablement dans un sommeil profond et à six heures, je me levais et rentrais à l’ashram. Entre-temps, les élèves se levaient à quatre heures, faisaient leur toilette et chantaient des prières en Sanskrit, mais je ne les entendais jamais. Quelques temps après, il y eut à l’ashram une grande manifestation et les enfants de cette école vinrent chanter des mantras védiques. Pendant cette fête, ils récitèrent certains versets que je ne connaissais pas et pourtant, je sentais que je les avais déjà entendus d’une façon ou d’une autre. Au fur et à mesure que j’écoutais, ce sentiment grandissait en moi, et j’essayais en vain de me rappeler où et quand je pouvais bien les avoir entendu. J’étais absolument certain de ne jamais les avoir ni lu ni écrit et cependant, ils me semblaient si familiers !

    Finalement, je décidai de demander au Guru des garçons qui était assis non loin de moi s’il avait une explication à cela. Ce qu’il me répondit changea totalement ma vision de la vie. Il me dit que l’impression de familiarité n’était pas du tout surprenante parce que mon corps subtil avait écouté les élèves chanter de nombreuses fois les mêmes mantras, pendant que je dormais dans leur école. Ce fut une grande révélation pour moi. Je savais que la connaissance est acquise à travers les sens mais grâce à cette expérience, je sus que l’on peut aussi apprendre de façon directe, sans passer par l’intermédiaire de l’appareil sensoriel. C’est ainsi que naquit le Yoga Nidra.

    A partir de ce moment, des idées et des compréhensions nouvelles me vinrent à l’esprit. Je réalisai que le sommeil n’est pas une condition d’inconscience complète. Lorsque l’on est endormi, il subsiste une potentialité, une forme de conscience qui reste attentive et vigilante aux situations extérieures. Il m’apparût qu’en entraînant le mental, on pouvait utiliser cet état particulier.

    Après cette découverte, je me mis à étudier les textes tantriques sous une autre perspective. Je pris connaissance de nombreuses pratiques très importantes mais peu connues, qui m’intéressèrent au plus haut point. Je commençai à les tester sur moi-même. Puis, je pris la décision de construire un nouveau système appelé Yoga Nidra qui devait réunir l’essence de ces pratiques sans s’embarrasser de la complexité des rituels.

    L’avancée caractéristique du Yoga Nidra est la rotation de la conscience dans le corps, qui vient de la pratique tantrique de Nyasa. Ce terme signifie placer ou porter son attention à un point particulier. Nyasa est effectué en position assise et utilise des mantras spécifiques qui sont placés, sentis ou expérimentés dans différentes parties du corps. Le nom de chaque partie est donné, puis il faut visualiser ou toucher celle-ci, et le mantra est placé à cet endroit. Tout au long des rituels tantriques, Nyasa donne le moyen de sanctifier le corps physique en instillant dans des localisations précises une perception supérieure ou une conscience divine.

    La forme actuelle du Yoga Nidra que j’ai préconisée permet aux gens qui ne connaissent pas les mantras sanskrits de profiter de tous les bénéfices du Nyasa traditionnel. Elle peut être adoptée sans discrimination de religion ou de culture. Au départ, j’avais appelé cette pratique le sommeil yoguique. Mais j’ai ensuite pris conscience de son énorme potentiel et je pense maintenant que le meilleur qualificatif n’est autre que Yoga Nidra. On ne peut traduire ce terme en français ou en espagnol, c’est tout simplement le Yoga Nidra, une pratique internationale.

    Depuis le moment où je l’ai recommandée, je me suis attelé à valider ces idées. J’ai d’abord commencé avec moi-même puis j’ai essayé avec différentes personnes. J’ai même réussi à dresser un berger allemand avec cette pratique. Plus tard, j’ai fait l’expérience avec certains de mes disciples et plusieurs enfants, leur donnant connaissance, expérience et instructions, alors qu’ils dormaient profondément.

    L’une de mes meilleures expérimentations est celle que je fis avec un petit garçon qui se présenta à l’ashram pour prendre le sannyasa. Je voulais l’envoyer à l’école mais il refusa catégoriquement. Il était très dissipé, un véritable singe. Toute la journée, il brisait des objets, harcelait les visiteurs et causait des accidents. Il devint un tel souci pour l’ashram que je décidai d’essayer le Yoga Nidra avec lui. Je commençai à lui chanter le quinzième chapitre de la Bhagavad Gita à peu près trois minutes après qu’il se soit endormi. Quand il se levait le matin, je lui demandais de lire tout ce chapitre, ce qu’il faisait sans arrière-pensée. Une semaine après, il était capable de réciter tout le chapitre de mémoire. Vu ce succès, je continuai avec d’autres textes et de cette façon, je lui enseignai pendant son sommeil le Srimad Bhagavatam, les Upanishads, la Bible, le Coran, l’Anglais, l’hindi, le sanskrit, tout ce que je savais. Maintenant, ce garçon parle onze langues, et il écrit et fait des conférences en anglais mieux que je ne peux le faire moi-même. Pourtant, il n’a jamais été à l’école. Toutes ses études et son apprentissage ont eu lieu pendant ces deux années où je lui ai donné des séances de Yoga Nidra et il ne s’en souvient même pas.

    Un peu plus tard, je fis une autre expérience. Trente personnes pratiquaient le Yoga Nidra et environ dix d’entre elles ronflaient bruyamment. Je leur ai donné la consigne suivante : « Quand je dirai Hari Om Tat Sat, vous devez vous lever. » Je le répétai deux fois. Quand le Yoga Nidra fut terminé, je dis « Hari Om Tat Sat » et tout le monde s’assit, même ceux qui avaient ronflé pendant le cours entier. Je leur demandai comment ils s’étaient réveillés. Ils répondirent : « Soudainement ». Ils ne m’avaient pas entendu, ni à la fin ni au milieu, mais ils avaient malgré tout suivi mes instructions. C’est un facteur très significatif. Cela signifie que pendant le sommeil, le soi est actif et conscient.

    J’ai tiré mes propres conclusions de ces expériences. Il est possible que le sommeil le plus profond ne soit pas du tout du sommeil. Peut-être avons-nous plus de conscience, plus de potentiel dans cette phase que dans l’état de rêve. Cela veut dire que nous pouvons apprendre davantage quand nous dormons que lorsque nous sommes éveillés. Et c’est ainsi que nous utilisons le Yoga Nidra pour l’évolution du mental.

    Comment cela peut-il se produire ? La réponse est simple : grâce à la relaxation complète, la réceptivité augmente, et elle est moindre lorsque la conscience est connectée aux sens. C’est le secret du Yoga Nidra. Du fait du processus d’intellectualisation, la connaissance qui pénètre dans le cerveau ne s’imprime pas vraiment. Mais si vous retirez un peu le mental et prolongez un état où vous n’êtes ni complètement éveillé ni endormi, les impressions qui entrent dans le mental deviennent réellement puissantes et elles y restent.

    Le mental possède différents niveaux, certains sont des terrains difficiles, d’autres des sols très tendres. Le mental conscient est une terre dure, parce qu’il fonctionne sur la base de l’intellect et de la logique. C’est un processus d’analyse qui n’accepte pas facilement les choses et a plutôt tendance à les rejeter. Mais la conscience profonde possède une autre nature. Ce que vous semez au niveau subconscient ne peut être rejeté, cela grandira et les fruits enrichiront toutes les facettes de votre vie.

    Par conséquent, ne vous inquiétez pas si vous vous endormez en Yoga Nidra, peut-être est-ce encore plus puissant. D’un autre côté, vous devez garder en mémoire que vous ne devez pas dormir. Essayez de rester éveillé, de garder la conscience, parce que si vous tombez dans le sommeil vous ne faites pas Yoga Nidra.

    Supposons que vous mettiez une cassette enregistrée puis vous allez vous coucher et n’entendez rien du tout. Repassez cette cassette lorsque vous vous réveillez le matin. Ecoutez attentivement. Cela créera une communication ou un pont entre le conscient et l’inconscient. C’est ainsi que s’apprennent les langues. De cette manière, vous pouvez étudier tout ce que vous voulez. Si vous avez des habitudes que vous souhaitez dépasser, plantez d’abord les graines salutaires ou sankalpas dans l’inconscient et suivez-les ensuite quand vous êtes conscient. C’est une science yoguique de transformation de soi qui sera primordiale dans l’avenir.

    Dans le Yoga Nidra, la conscience reste suspendue entre la veille et le sommeil, elle n’est soumise ni à l’un ni à l’autre. En psychologie moderne, on parle d’état hypnagogique. Mais je préfère le terme « hypnayoguique ». Le meilleur qualificatif est Yoga Nidra. A ce stade, le mental est exceptionnellement réceptif. Il lui est ainsi possible de maîtriser rapidement la connaissance des langues et d’autres matières. Les instructions transmises à cet instant permettent de surmonter les habitudes néfastes et les tendances indésirables. En fait, le Yoga Nidra peut servir à diriger le mental pour réaliser toute chose. C’est le secret de l’accomplissement extraordinaire de certains grands yogis et swamis.

    Avec la pratique du Yoga Nidra, on perçoit des intuitions provenant du mental inconscient. C’est la source de l’inspiration artistique et poétique. C’est aussi l’origine de la plupart des découvertes scientifiques les plus créatives. Goethe utilisait les inspirations et les intuitions surgies de cet état pour résoudre les problèmes qu’il rencontrait dans son travail. De la même façon, des rêves survenant à ce stade permirent à Kekule de réaliser la structure moléculaire circulaire du benzène ; au lauréat du prix Nobel Niels Bohr d’avoir la vision de la structure planétaire de l’atome ; et dans sa fameuse expérience de la pensée, Einstein accéléra sa conscience à la vitesse de la lumière pour aboutir à la théorie de la relativité.

    Les flashs intuitifs reçus en Yoga Nidra donne la possibilité de trouver des réponses à tous nos problèmes. Notre vraie nature et notre intégralité se manifestent, nous offrant une existence riche de sens et de paix dans n’importe quel environnement. Cela correspond à l’ouverture du troisième œil qui élève la conscience au-delà de la personnalité conditionnée, pleine de tensions et de complexes. N’étant plus identifié sur le plan émotionnel avec le corps et le mental, l’être entier s’ouvre à la conscience divine. »

    Texte de Swami Satyananda, traduit de l’Anglais par Swami Brahmatattwa

    Swami Satyananda est l’auteur de la technique du Yoga Nidra et le fondateur de la Bihar School of Yoga (Munger - Bihar - Inde). Le jeune garçon instruit par Swami Satyananda n’est autre que Swami Niranjanananda, successeur de Swami Satyananda et fondateur de la Bihar Yoga Bharati, Université mondiale de Yoga installée à Munger.

    Pour consulter notre site, cliquez ici :

    www.yogasatyananda-france.net

     

    Ou bien la page d'accueil du site en français :

    http://www.yogasatyananda-france.net/yogasatyananda-mainfr.php

     

    Liens utiles : 

    Les activités au Centre de Yoga de l'Aube

    Les livres et autres supports de pratique

    Nos principaux stages - formation en Yoga Satyananda :

    Pranayama

    Yoga Nidra

    Relaxation

    Méditation

    Nettoyages (shatkarmas)

    Stage d'été

    Nos pages d'informations sur les différents types de yoga :

    Hatha Yoga

    Raja Yoga

    Kundalini Yoga

    Karma Yoga

    Bhakti Yoga

    Jnana Yoga